Participez à la restauration de l'église de Corny !

Rendez-vous sur https://www.fondation-patrimoine.org/les-projets/eglise-de-corny pour participer à la restauration de l'église de Corny, en partenariat avec la Fondation du Patrimoine.

lundi 21 septembre 2020

Merci !

Merci à tous ceux et toutes celles qui nous ont rejoint pendant ces deux jours et à Jeanne, Léa et Maud de l'ensemble Dargason qui nous ont véritablement fait voyager, grâce à leurs trois talents réunis, dans l'Angleterre du XVIIe siècle. 

A bientôt !

Concert de l'ensemble Dargason

lundi 14 septembre 2020

Journées européennes du Patrimoine

 

Affiche JEP 2020 Corny Frenelles en vexin

Samedi 19 de 14h à 17h et dimanche 20 septembre de 10h à 12h30 et 14h à 17h, nous aurons, cette année encore, le plaisir de vous accueillir dans l'église de la Sainte Trinité de Corny. Vous pourrez librement visiter notre église et admirer son mobilier et sa statuaire, ainsi que les vitraux contemporains de Pierre Lafoucrière.


visuel exposition guerre Corny Frenelles en vexin
Vous pourrez également visiter notre exposition "Corny, un village dans la guerre" consacrée à la IIe guerre mondiale à travers les affiches et vieux papiers des archives de la Mairie de Corny.

photo Ensemble Dargason : Jeanne Zaepffel, Soprano, Léa Masson, Théorbe, Maud Sinda, violon baroque corny frenelles en vexin

Et pour clore ce week-end, nous vous invitons dimanche à 17h00 à un voyage musical dans le chœur de l'église. Les musiciennes de l’Ensemble Dargason vous proposent de partir le temps d’un concert dans l’Angleterre du XVIIe siècle. Musique de cours et musiques populaires s’entremêleront dans la complicité de cette formation originale. Avec Jeanne Zaepffel, Soprano, Léa Masson, Théorbe, Maud Sinda, violon baroque.

Toutes ces animations sont gratuites et sont organisées dans le strict respect des mesures sanitaires en vigueur : port du masque obligatoire, sens de visite, gel hydroalcoolique mis à disposition.

Nous vous attendons nombreux et
nombreuses pour cette quatrième édition
des Journées du Patrimoine à Corny !

samedi 29 août 2020

76 ans après...

La pluie, présente aujourd'hui comme lors de la libération du village il y a 76 ans, n'a pas découragé les très nombreux visiteurs à venir découvrir les véhicules et reconstitutions présentés par l'Association du Souvenir Français, ainsi que notre exposition, qui n'avait rien de virtuelle cette fois, et qui nous a permis d'échanger avec de nombreuses personnes sur leurs souvenirs ou ceux de leurs parents sur cette période de notre histoire.

Un grand merci a tous et toutes de votre venue aujourd'hui pour entretenir à nos côtés la mémoire de notre village.

photo commémoration libération corny 27 eure

photo commémoration libération corny 27 eure

photo commémoration libération corny 27 eure

photo commémoration libération corny 27 eure



lundi 10 août 2020

Commémorations de la libération du village de Corny

Rendez-vous le 29 août prochain pour retrouver la deuxième version de l'exposition "Corny, un village dans la guerre". 

Cette fois, fini le virtuel, c'est avec un grand plaisir que nous vous accueillerons dans l'église de Corny, dans le respect des mesures sanitaires en vigueur, pour vous présenter notre exposition enrichie des affiches conservées dans les archives de la mairie de Corny. 

Et pour commémorer ce 29 août 1944, jour de libération de notre village, la mairie déléguée de Corny accueillera une présentation de véhicules, matériels et tenues de la 2e guerre mondiale, avec le concours de l'Association de Défense du Souvenir Français.

Et rendez-vous le lendemain pour la fête du village et sa traditionnelle foire à tout, à laquelle l'AALEC comme chaque année participera ! 

Nous vous attendons nombreux !

vendredi 8 mai 2020

Corny, un village pendant l'occupation

Dépôt de gerbe monument au mort corny frenelles en vexin 20 mai 2020

Alors qu'une cérémonie restreinte s'est tenue vendredi 8 mai à 10h30 devant le monument au mort de Corny, nous vous présentons comme promis, l'exposition sur le village de Corny pendant la IIe guerre mondiale. Elle comporte six volets en tout qui suivent au bas de cet article.

Le premier volet porte sur la guerre de septembre 1939 a juin 1940.

Le deuxième volet porte lui sur le rationnement pendant l'occupation.


Voici le troisième volet de l'exposition, qui concerne les réquisitions.


Voici le quatrième volet de l'exposition, qui concerne la police pendant l'occupation.


Voici le cinquième volet de l'exposition qui porte sur la libération du village, le 29 août 1944.

Et voici pour finir le sixième et dernier volet qui porte sur la presse locale pendant la guerre et l'occupation.

Nous vous souhaitons une bonne consultation de cette exposition, qui restera disponible sans limite de temps, et qui n'est qu'un aperçu de celle que nous espérons organiser rapidement, dès que la situation sanitaire nous le permettra !

Pour ouvrir le diaporama dans une nouvelle fenêtre, cliquez au centre du carrés.
Pour naviguer dans le diaporama de l'exposition, vous disposez d'une barre de navigation en bas à droite de votre écran :

barre de navigation calameo
Cliquez sur les flèches pour passer d'une diapositive à l'autre.
Cliquez sur + et - pour zoomer ou dezoomer (ou utiliser la molette de votre souris).
Le dernier bouton à droite permet d'afficher le diaporama en plein écran.

mercredi 6 mai 2020

Rendez-vous ici le 8 mai 2020 !

drapeaux français

Une exposition en ligne sur le village de Corny pendant la IIe guerre mondiale

L’Association pour l’Animation de L’Eglise de Corny (AALEC) avait prévu, pour commémorer le 75eme anniversaire de l’armistice de 1945, d’organiser une exposition sur le quotidien du village de Corny pendant la seconde guerre mondiale, de 1939 à 1945. L’idée était en particulier d’exposer les nombreuses affiches et avis de cette époque qui se trouvent dans les archives de la mairie du village. Ainsi après la cérémonie officelle du 8 mai, une visite de l’expostion aurait été organisé dans l’église, puis dans la mairie pendant le week-end.

Le 16 mars 2020, le confinement a été annoncé, qui a mis un coup d’arrêt à ce projet. L’église reste fermée au public jusqu’à nouvel ordre, les rassemblements interdits, et toute idée d’exposition est oubliée.

Si l’exposition prévue n’aura effectivement pas lieu le 8 mai 2020, elle n’est que reportée, et l’association compte bien la mettre en place dès que la situation sanitaire le permettra, le 29 août par exemple à l’occasion de l’anniversaire de la libération du village, ou bien lors des Journées Européennes du patrimoine par exemple. Et en attendant, L’AALEC propose de découvrir, depuis chez soi, une autre exposition, virtuelle celle-là, en parcourant des documents de plus petit format – lettres, cartes, formulaires, coupures de presse, etc. – tout aussi évocateurs du passé de notre village.

L’exposition virtuelle, intitulée « Un village sous l’occupation », compte 6 grands thèmes :
  1. Un village pendant la guerre – septembre 1939 à juin 1940
  2. Un village rationné
  3. Un village réquisitionné
  4. Un village surveillé
  5. Un village libéré
  6. Dans la presse
Le premier volet sera publié le 8 mai 2020 ici même, puis les 5 autres volets les 5 jours suivants ; ils resteront consultables ensuite sans limite dans le temps.

lundi 9 mars 2020

La Mairie de Corny

Ces élections municipales sont des élections un peu particulières. A leur issue, la mairie du village de Corny cessera d'en être une à part entière, et deviendra l'une des 3 mairies de la commune nouvelle de Frenelle en Vexin. Après 175 ans de bons et loyaux services ce bâtiment va s'engager dans une nouvelle histoire...

photo mairie de Corny Eure 27

C'est l'occasion pour nous de revenir sur ces 175 ans d'existence. Les mairies telles que nous les connaissons dans nos villages sont une émanation des communes, collectivité créée par la révolution. Abolissant l'ancien régime et la possession de villages par tel seigneur ou tel institution religieuse (Corny était avant la révolution pour une part possession du Prieuré Saint Louis de Poissy et pour l'autre possession de l'Archevêque de Rouen), la commune permet la gestion des intérêts de la collectivité par ses citoyens. Il faut pour assurer cette gestion un lieu, une "maison commune", et c'est ainsi que des mairies apparaissent peu à peu dans les villages. A Corny, il semble que ce soit le presbytère, dont la 1ere fonction fut abolie, pour servir de maison commune, abritant une salle de classe et une salle de Mairie ; on ne sait pas où le curé de Corny dut alors se loger... L'église ne fut pas transformé en "temple de la raison" comme dans certaines villes, et ne servit apparemment pas à ces offices laïcs et citoyens.

document construction mairie 1844 Corny Eure 27

Au début des années 1840, après 10 années de stabilité relative avec la monarchie de Louis-Philippe, la population du village est d'environ 200 individus, et la salle de classe est trop exigüe ; on ne dispose pas qui plus est d'un logement décent pour l'instituteur. On décide alors d'acheter une nouvelle maison pour y abriter un nouveau presbytère (voir cet article), de transformer l'actuelle école en maison de l'instituteur, et de construire en mitoyenneté une nouvelle et confortable salle de classe, doublée d'une salle de mairie au 1er étage. Les plans sont dressés, le projet voté en conseil municipal en mai 1844 et approuvé par le Préfet de l'Eure.


plan construction mairie 1844 Corny Eure 27

projet construction mairie 1844 Corny Eure 27

Et c'est ainsi qu'est née l'actuelle mairie de Corny ! En allant voter ces prochains dimanches, ayons une petite pensée pour les nombreux scrutins qui s'y sont tenus ces presque 2 siècles passés...

carte postale ancienne mairie de Corny Eure 27

mercredi 19 février 2020

Où est le presbytère de Corny ?...

corny eure 27 le presbytèreC'est une bien longue histoire... Au commencement, disons au XVIIIe siècle, la maison qui se trouve accolée à l'actuelle mairie, mitoyenne du chœur de l'église et du cimetière a fait office de presbytère, avant d'être convertie, sans doute à la révolution, en école et maison de l'instituteur (et souvent de l'institutrice). On trouve encore dans le mur mitoyen du cimetière la trace d'un portail aujourd'hui muré qui reliait les deux parcelles.


photo mur cimetiere corny eure 27

Il faut attendre 1844 pour que la commune de Corny achète à M. Pierre Amable Rodolphe Conard le terrain comprenant un jardin potager, un jardin anglais, une cour et un enclos, avec une maison comprenant une chambre, une salle à manger, une cuisine, un salon, deux mansardes et une cave, ainsi que de nombreuses dépendances, juste en face de l'église et de la mare.

photo mur ancien presbytère corny eure 27

Aujourd'hui, on en aperçoit toujours un reste de mur en brique et en silex, qui fut probablement construit à la fin des année 1850 ; on aperçoit les deux piliers de la grande entrée et un petit portail muré. Un plan du XVIIIe siècle conservé aux Archives départementales de l'Eure permet de situer précisément le terrain du 1er presbytère à coté de l'église, et celui de la propriété de M. Conard, juste en face :
plan XVIIIe siècle Corny Eure 27
Entre 1860 et 1890, le presbytère fait l'objet de très nombreuses délibérations du conseil municipal... Avant la séparation de l'Eglise et de l'Etat par la loi de 1905, si les édifices religieux appartenaient aux clergés, il revenait aux communes d'assurer et d'entretenir le logement du curé ou du desservant ; le presbytère de Corny n'y faisait pas exception. Toutefois, des relations compliquées avec l'évêché d'Evreux, auquel Corny fut rattaché après la révolution, furent à l'origine, en cette fin du XIXe siècle, de nombreuses hésitations, décisions et contre-décisions quant au devenir du presbytère.
Ainsi en 1877, le Conseil Municipal envisage de « supprimer la partie Est du Presbytère pour conserver celle des pièces qui est située sur la cave, ainsi qu'une partie de celles y attenant, destinées, l'une à servir de salle à manger et de chambre et l'autre de cuisine. »

En 1878, le Conseil Municipal propose cette fois de détruire entièrement le vieux presbytère, alors en très mauvais état, pour reconstruire un local plus modeste mais permettant ainsi au desservant de la commune de disposer d'une chambre à coucher :
« L'an mil huit cent soixante dix-huit, le Dimanche onze Août à midi, (...)
M. L'adjoint expose au conseil qu'il a à statuer sur une requête du desservant et une délibération du Conseil de Fabrique ayant pour objet d'obtenir de l'administration l'autorisation de démolir le presbytère dont le délabrement nécessiterait de grands frais de réparation, d'en vendre les matériaux dont le prix servirait à subvenir aux frais de construction d'un local au service de chambre à coucher pour l'usage du desservant.
»

Les devis sont demandés, les plans dressés, et les archives de la Mairie de Corny conserve encore ce projet de reconstruction :

plan projet prespytère 1878 Corny eure 27
plan projet prespytère 1878 Corny eure 27
Archives de la Mairie de Corny

Quatre ans plus tard, voilà qu'il n'en est plus question... Dans une délibération votée le 5 mars 1882, le conseil municipal ne parle plus de construire un nouveau presbytère, mais seulement de détruire l'actuelle maison en ruine, et de reprendre possession et jouissance de la propriété au bénéfice de la commune. 
« L'an mil huit cent quatre vingt deux le cinquième jour du mois de mars, à onze heures du matin, (...)
M. le Maire expose au conseil municipal que la commune de Corny est privée d'un prêtre depuis douze années. Depuis cette époque, la commune est desservie et depuis que le presbytère n'est plus habité, il est dans un état de délabrement auquel il n'est pas possible de pouvoir le conserver plus longtemps dans cet état.
Considérant d'autre part que la commune est si mal desservie, que d'un autre côté il ne vient dans la commune qu'une fois par hasard, il demande au conseil municipal de prendre possession du presbytère.
Le conseil, appelé à délibérer
vu d'une part l'état dans lequel il se trouve, considérant que la commune n'est pas desservie puisque le desservant ne vient célébrer les offices dans cette commune que quelquefois en trois mois.
Estime qu'il y a lieu de ne pas laisser cette propriété plus longtemps à la possession du desservant et qu'il est urgent de demander à l'autorité de rentrer en possession du presbytère.
Par sept voix contre une la présente demande est adoptée.
»

La délibération est envoyée au Préfet, qui en informe l'évêché, qui répond au Préfet, qui fait suivre au maire...
« L'an mil huit cent quatre vingt deux le 21 mai à 7 heures du matin, (...)
M. le Maire donne lecture au conseil municipal d'une lettre de Mgr l’Évêque d’Évreux, adressée à M. Le Préfet en réponse à une délibération du Conseil Municipal de Corny, lequel demandait à rentrer en possession du presbytère.
Après cette lecture, le conseil entre en délibération et émet ce qui suit :
Le domaine presbytéral se compose d'une maison d'un jardin et d'un verger. La maison n'est pas habitable, et il est reconnu qu'aucune réparation ne peut être faite à cette habitation, mieux vaudrait une construction.
Mais, après les considérations qui seront relevées plus bas, la commune n'attend pas faire aucun frais au presbytère actuel, en vue de fournir un logement au desservant. Et pourquoi ?
Malgré toute l'exactitude que l'autorité diocésaine se plaît à reconnaître dans le desservant, il est un fait qu'il est impossible de nier, et que le conseil aujourd'hui ne peut qu'affirmer de nouveau, c'est que le prêtre ne remplit pas ses fonctions avec la régularité qu'on lui attribue. Un exemple du reste, confirmera ce que la municipalité affirme. Pendant cinq mois l'année dernière, du mois de juillet à la fin de novembre, la paroisse de Corny a été déshéritée de tout office. La loi n'exige pas du desservant de célébrer la messe le dimanche, mais elle l'oblige de venir au moins une fois la semaine remplir les fonctions de leur Saint ministère. A ce point de vue, le conseil affirme encore que pendant ces cinq mois, le desservant n'est pas venu une seule fois pendant la semaine.
La municipalité, considérant toutes ces choses, n'est donc pas favorable au projet de Mgr l’Évêque d’Évreux, qui voudrait que l'assemblée fabricienne de Corny, prit des mesures en vue de rendre possible la jouissance du presbytère.
»

La délibération continue avec une proposition d'utiliser la maison de l'instituteur, qui occupe l'ancien presbytère, comme nouveau presbytère, et de construire, sur le terrain de l'actuel presbytère en ruine, une nouvelle maison - école permettant d'accueillir les enfants du village dans de meilleures conditions.

Il n'en sera finalement rien et, enfin (!), en novembre 1884, le Préfet de l'Eure donne raison au Conseil Municipal de Corny, qui peut disposer librement du presbytère en ruine et de son terrain. Le Conseil municipal, « pour que le prêtre ne soit privé d'une ressource qui lui est due, vote en compensation une indemnité annuelle de cent francs à titre d'indemnité de logement. »

Le presbytère sera finalement vendu en 1907 à un habitant du village, M. Engelbert Alexandre Cercelot, avec, comme le plan dressé pour la vente et conservé aux Archives départementales de l'Eure le montre, de nombreux bâtiments... en ruines.

plan ancien presbytère 1907 Corny Eure 27
Archives de la Mairie de Corny

dimanche 2 février 2020

La sacristie disparue...

En 1859, d'importants travaux sont nécessaires dans l'église : à une époque indéterminée, on a en effet supprimé une poutre de soutien au milieu du chœur, dans l'intention louable d'améliorer la visibilité du retable principal. Intention louable mais fatale à la structure de l'ensemble du Choeur, dont la construction date du XVIIe siècle, et qui s'en trouve grandement fragilisé. On décide alors de construire deux contrefort pour compenser le manque de la poutre disparue.


A cette époque, et depuis 15 ans déjà, le presbytère se trouve de l'autre côté de la rue principale de Corny, face à la mare. Alors qu'avant il se trouvait en mitoyenneté du cimetière, le curé pouvant aller célébrer son office en quelques pas seulement, la distance entre le nouveau presbytère et l'église ont peut-être inspiré le Conseil municipal à envisager la construction d'une sacristie, accolée au chœur. Le plan ci-dessous montre les travaux effectués tel qu'ils furent validés par le Conseil municipal et le maire de l'époque M. Joseph Leroy en1865.


Aujourd'hui, plus de sacristie, mais de nombreux villageois se souviennent encore de cette petite addition tout en brique qui, il est vrai, n'était pas vraiment en harmonie avec la forme d'origine de l'église comme on le voit sur cette carte du début du siècle.




Elle fut finalement détruite dans les années 1990, et si elle a clairement laissée sa marque sur le mur extérieur, l'église a ainsi retrouvé son plan naturel.

jeudi 23 janvier 2020

Corny sur les cartes géographiques anciennes


Gallica, la bibliothèque numérique de la Bibliothèque nationale de France donne accès à une vaste sélection de documents anciens numérisés qui sont ainsi mis à disposition du plus grand nombre. On y trouve notamment des cartes géographiques anciennes, et l'on retrouve ainsi mention de notre village Corny. Voici une présentation chronologique de quelques unes de ces cartes avec le lien sur chaque vignette pour aller la consulter sur Gallica :

La carte généralle du pays de Normandie (c) BnFLa "carte généralle du pays de Normandie", par Jan Jolivet, 1545

On peut noter sur cette carte des orthographes très différentes de celles d'aujourd'hui, comme Fraisne (Fresne l'Archevêque), Verquelive (Verclives), etc.
Carte du Vexin, Beauvoisis et Hurepoix par Pierre Bertius, 1634 - (c) BnFLa "Carte du Vexin, Beauvoisis et Hurepoix" par Pierre Bertius, 1634

Là encore, on trouve des orthographes bien différentes de celles auxquelles nous sommes habitués aujourd'hui, ainsi que des positionnements un peu approximatifs d'un point de vue géographique...


Région comprise entre la forêt de Bray Beaumont-sur-Oise l'Oise et la Seine jusqu'à Château-Gaillard et la forêt de Lyons 1600-1699 - détail - (c) BnF
Carte de la "Région comprise entre la forêt de Bray Beaumont-sur-Oise l'Oise et la Seine jusqu'à Château-Gaillard et la forêt de Lyons" 16??





Carte particulière du diocèse de Rouen dressée sur les lieux (c) BnF
"Carte particulière du diocèse de Rouen dressée sur les lieux" par M. Fremont de Dieppe, 1715






"Carte générale de la France. [Rouen]. N°25. Feuille 8e", établie sous la direction de César-François Cassini de Thury entre 1756 - 1815
Il faut attendre le milieu du XVIIIe siècle avec la famille de cartographes Cassini pour découvrir une carte géographique beaucoup plus précise, que cette famille mettra plus de 50 ans à réaliser, de 1756 à 1815. On y découvre une orthographe surprenante de notre village, Corgny...

Carte générale de la France. [Rouen]. N°25. Feuille 8e / [établie sous la direction de César-François Cassini de Thury] 1756 - 1815 (c) BnF

Restez informé(e) de nos actualités en saisissant votre adresse de courriel ici :